Voyage aromatique : la cannelle de Ceylan
Voyage aromatique : la cannelle de Ceylan

Un voyage avec Pierre Franchomme à la découverte des trésors aromatiques méconnus des flores tropicales.

Je parcours depuis plus de 45 ans maintes régions tropicales et subtropicales de la planète à la découverte de leurs trésors aromatiques. Je vous propose un voyage à la rencontre de certaines de ces plantes exceptionnelles, dont je vais vous présenter la richesse botanique et ethno-médicale.

Pour cette nouvelle étape, je vous emmène sur la côte orientale de Madagascar, baignée par l’océan Indien, dans les plantations de canneliers de Ceylan d’où est tirée l’huile essentielle de “cannelle vraie”

… Suivez-moi !

.

En route pour la région de Mananjary, sur la côte orientale de Madagascar

.

Un arbre venu de Ceylan

Cannelier de Ceylan (Cinnamomum verum)

 

 

"Nursery" de jeunes plants de canneliers issus de graines de vieux arbres                Plantation de jeunes pousses

.

Le cannelier de Ceylan (Cinnamomum verum), comme son nom l’indique, est originaire de l’ancienne île de Ceylan, actuellement le Sri Lanka. Il a été introduit à Madagascar par les colons au 19ème siècle, avec d’autres espèces aromatiques pour la production d’épices et d’aromates. La cannelle était effectivement à cette époque une épice rare et convoitée.

On trouve en particulier le cannelier dans la partie orientale, tropicale et humide de l'Île rouge, dans les forêts autour de Mananjary et de Manakara. C’est un arbre de 10 à 15 mètres de hauteur. Ses feuilles persistante sont d'un vert brillant, teintées de rouge pour les plus jeunes, de forme oblongue,  mesurant de 7 à 18 cm de long et dotées de 3 nervures. Elles dégagent une odeur de girofle quand on les froisse.

Ses fleurs ont une couleur verdâtre et une odeur plutôt désagréable. Le fruit du cannelier est une baie de 1 cm de diamètre en forme de massue et de couleur pourpre.

La récolte à lieu à la saison des pluies. On prélève une partie de l’écorce des troncs et des branches sous forme de lanières, laissant des bandes d’écorce intacte, à partir desquelles s’effectue sa régénération.  Cette méthode permet ainsi de préserver les arbres, ce qui n’est pas le cas chez de nombreux petits récoltants !


L’huile essentielle d’écorce, un puissant agent anti-infectieux, anti-parasitaire et immuno-stimulant

Séchage de la cannelle Ecorce de cannelle
Séchage de la cannelle                                                                                         Ecorce de cannelle

.

Il faut 7 tonnes d’écorce fraîche pour obtenir 1 tonne d’écorce sèche, de laquelle on retire par distillation environ 4,5 Kg d’huile essentielle. La technique utilisée à Madagascar - différente de celle employée à Ceylan - consiste à les faire tremper la veille dans de l’eau tiède. La distillation, particulièrement longue - plus de 8 heures - permet de recueillir dans deux essenciers en cascade, deux huiles essentielles, l’une plus lourde que l’eau, l’autre plus légère, qui seront ensuite assemblées. 

Cette huile essentielle complète a une très forte valeur thérapeutique, notamment due à son taux de cinnamaldéhyde, avoisinant les 70 % ! De fait, cette molécule s’avère être à la fois un des plus puissant microbicide (virucide et bactéricide) et parasiticide (fongicide et zoo-parasiticide) que l’on connaisse. Mais c’est aussi un puissant immunostimulant capable de « booster » nos polynucléaires neutrophiles (PN), cellules immunitaires en 1ère ligne de défense contre les agents infectieux.

L’huile essentielle d’écorce de cannelle est donc indiquée chez les personnes vulnérables, au terrain déficient et aux personnes dépressives - la dépression immunitaire étant généralement associée à la dépression nerveuse.

.

PRÉCAUTION D’EMPLOI AVEC LES HUILES ESSENTIELLES À THYMOL

Il n’est donc pas recommandé d’utiliser l’huile essentielle de cannelle en même temps que celles à thymol (Thyms, Ajowan), car ces dernières, bien qu’également très anti-infectieuses, sont à l’inverse anti-inflammatoires, diminuant l’activité des PN, en particulier leur production de radicaux libres de l’oxygène (RLO), ce qui est bénéfique entre autre pour éviter le fameux « orage cytokinique » rencontré par exemple lors de la Covid-19 !!!

.

L’huile essentielle des écorces de racines, une huile méconnue aux propriétés médicinales de grand intérêt

.

L’écorce des racines fournit une huile essentielle riche en camphre, de l’ordre de 45 à 46 %. Cette molécule est à la fois :

     - Antivirale, utile entre autre dans le traitement de la Dengue (à virus DEN-2), virose répandue dans de très nombreux pays tropicaux (Asie du Sud-Est, Nouvelle-Calédonie, Îles du Pacifique, Caraïbes, etc…).

     - Tonicardiaque.

     - Antalgique, via une action désensibilisante des récepteurs à la douleur TRPV1 et TRPV2 - propriété renforcée par le cinnamaldéhyde, présent à 25 %, actif sur le TRPA1 - raison d’ailleurs pour laquelle le camphre fait partie des composants du « Baume du tigre » !

.

CONTRE INDICATIONS : à taux élevé, le camphre est une molécule neurotoxique, déconseillée chez les enfants de moins de 6 ou 7 ans selon les recommandations de l’ANSM, et abortive, comme toutes les huiles essentielles à cétones - mais à des degrés divers.


L’huile essentielle issue des feuilles

Feuilles de cannelier
Les feuilles du cannelier sont aussi distillées


Les feuilles, lorsqu’on les froisse, dégagent une odeur de clous de girofle, et l’huile essentielle qu’on en retire est également fort utile en aromathérapie. 

Consultez ici sa fiche descriptivehttps://bit.ly/2Mbiqw9

.

Mes conseils pratiques

  • Comment reconnaître une huile essentielle d’écorce de cannelle authentique ? Par sa saveur piquante mais légèrement sucrée et très agréable !

  • Préparez vous même votre “baume du tigre”
    Huiles essentielles en gouttes (gt) : écorce de racine de cannelle 10 gt + Cannelle de Madagascar (Saro) 10 gt + menthe poivrée 5 gt + gaulthérie 5 gt + 9 ml d'huile végétale de moringa.

.

Précautions et contre-indications

Les informations présentées ne constituent pas une recommandation thérapeutique et ne remplacent pas la consultation d’un professionnel de santé. Les contre-indications concernent les jeunes enfants (sauf prescription médicale), les femmes enceintes ou allaitantes. Dans ces cas, demander l’avis d’un médecin. Par ailleurs, l’usage des huiles essentielles nécessite de vérifier au préalable leurs précautions d’emploi et contre-indications éventuelles. En cas de doute, consulter un professionnel de santé.

.

Avertissement

Malgré le soin apporté à la rédaction du texte, l’auteur ne peut être tenu responsable de l’usage fait des informations par les utilisateurs ou les prescripteurs.

Pierre Franchomme
Jun 02, 2020