L’insomnie, ce fléau de notre époque
L’insomnie, ce fléau de notre époque

Nous sommes des êtres diurnes qui avons besoin d’une nuit de sommeil pour récupérer. Les mauvaises nuits engendrent des troubles de l’apprentissage et nombre de problèmes de santé, de l’inflammation, de la fatigue…

Les huiles essentielles sont des aides extrêmement efficaces pour retrouver des nuits paisibles et réparatrices.

.

Le passage de l’état de veille à celui de sommeil est réglé par une « horloge biologique » située dans le cerveau. Elle se déclenche, quelle que soit la saison, vers 22 heures, grâce à la sécrétion par la glande pinéale (ou épiphyse) de l’hormone du sommeil, la valentonine ; celle-ci a de multiples effets : diminution de la tension artérielle, du rythme cardiaque et de la respiration, d’où baisse de la tension d’oxygène du sang, sans oublier la relaxation musculaire et la diminution de la vigilance.

A cette horloge s’adjoint un « interrupteur neuronal » situé dans l’hypothalamus ; ce centre du sommeil émet un neurotransmetteur, le Gamma Amino Butyric Acid (GABA) qui a pour rôle d’éteindre le centre de l'éveil, situé lui aussi dans l’hypothalamus.

La phase d’endormissement ne demande normalement que de 5 à 10 minutes...

Combien de personnes ont-elles de grandes difficultés à s’endormir, l’origine étant une hyperactivité de leur système nerveux sympathique liée aux stress !

Faciliter le sommeil sans dépendre des somnifères habituels demande ainsi une stratégie ciblée sur 3 points :

.

1. La valentonine est le dernier élément d’une voie de synthèse débutant par le (-)-tryptophane. Durant la journée, les extraits de gentiane jaune et de millepertuis préservent le taux de sérotonine nécessaire à la synthèse, durant le soir et la nuit, de mélatonine – un puissant neuroprotecteur – précurseur de la valentonine.

Manger des noix et des noisettes au repas du soir est également bénéfique, car ces fruits gras contiennent naturellement cette substance.

.

2. Les esters présents dans les huiles essentielles suivantes sont de bons sédatifs capables de réduire les états d’anxiété et les effets des stress ; citons : la camomille romaine (Chamaemelum nobile) et plus particulièrement la camomille du Cap (Eriocephalus punctulatus) au parfum très agréable.

Les aldéhydes de la litsée citronnée (Litsea cubeba), de la mandarine verte (Citrus reticulata var. mandarine) et du yuzu (Citrus x junos) ainsi que de la vanilline naturelle, sont d’excellents calmants, via leur impact sur les récepteurs du GABA.

A appliquer sous forme de baume sur le haut de la poitrine, à l’aile du nez, et à respirer, selon les états de stress, au cours de la journée.

.

3. Les alcools mono- et sesquiterpéniques dextrogyres, par voie olfactive, activent le système parasympathique cardiaque, d’où diminution du rythme cardiaque et de la tension artérielle, et in fine de la tension d’oxygène sanguine nécessaire à l’endormissement ; ainsi la respiration de « parfums thérapeutiques » à base d’huiles essentielles de bois tels que ceux de santal blanc (Santalum album), de genévrier de Virginie (Juniperus virginiana var. virginiana), de bois de rose d’Amazonie (Aniba rosaeodora).

Un ester d’alcool sesquiterpénique rarissime agit également comme hypnotique naturel : le farnésoate de méthyle du bois de Chypre (Cordia alliodora).

.

Une trace de ces huiles essentielles à l’orifice nasal suffit.

 

Pierre Franchomme

.

Attention : l’usage des huiles essentielles nécessite de vérifier au préalable leurs précautions d’emploi et contre-indications éventuelles, non rappelées ici.

Pierre Franchomme
Jul 19, 2018